Lille

emménagement

Mercredi, la voiture était pleine à craquer. Toutes mes affaires les plus chères, les plus indispensables et les plus inutiles aussi se trouvaient à l’intérieur. Je suis partie pour deux jours avec ma sœur pour prendre un peu mes marques dans ce nouveau chez moi, cette nouvelle chambre, cette nouvelle maison. Aucun de mes colocataires n’avait encore emménagé, j’étais la première. C’était le bordel au début. Des affaires partout, dans tous les coins. Mes livres étalés un peu partout. Et encore je n’en ai pas emmené tant que ça. Je n’ai emmené que les meilleurs, mes préférés. (Mais qu’est-ce que c’est que cette manie de devoir emmener des livres qu’on ne lira sûrement pas juste parce qu’on les adore ?) J’ai également ramené la plupart de mes souvenirs. Les trucs dont vous savez qu’ils vous aideront à tenir quand vous aurez le blues. Puis des photos. Et encore, je dois en faire développer d’autres, beaucoup d’autres. Et alors voilà, j’ai déposé toutes ces affaires, je les ai rangées à leurs nouvelles places. Parce que c’est vrai que la chambre était incroyablement impersonnelle au début. Peinte en gris clair. Une étagère noire. Un bureau moche. Un miroir, vous savez celui en zigzag sur les côtés qu’on trouve dans toutes les chambres. Deux velux. Et le lit. Maintenant il y a mes affaires un peu partout, dans tous les coins. C’est plus vivant, c’est mieux, c’est un peu plus moi. Mais la vraie question est : vais-je me sentir bien là-bas ? Vais-je me sentir chez moi ? Vous, vous vivez peut-être encore chez vos parents et avez terriblement envie de quitter le cocon familial ou vous, vous êtes peut-être déjà indépendant depuis déjà quelques mois, quelques années et êtes habitué. Et moi, je suis là, à la limite, sur le point de partir. Encore quoi ? Trois semaines ? Trois semaines en famille. Et je suis assaillie par les questions : vais-je me débrouiller seule ? Vais-je être heureuse seule ? Vais-je supporter l’indépendance ? J’ai toujours voulu partir. J’ai toujours dit : « à 18 ans, je me casse, mes études je les ferai pas ici ». Et maintenant que ce moment que j’ai tant attendu, tant souhaité est arrivé, je flippe. Oui je flippe haha. Parce que c’est une nouvelle marche à franchir, un nouvelle étape. Et vous savez pourquoi dans ces moments-là on flippe ? Parce que la nouveauté, ça fait peur. Ca fait peur parce que ça fait partie des choses qu’on ne peut pas prévoir. Et nous, êtres humains, on déteste ne pas contrôler les choses, on déteste quand ça nous échappe. Mais malgré tout, cela a ce petit côté excitant. Parce qu’on a peur et on est en même temps irrémédiablement attiré par ce truc nouveau qui va changer nos vies.

Et donc voilà, j’ai déménagé à Lille. Ville où je ne vais finalement passer qu’un an puisque si tout se passe bien, je fais ma deuxième année à Münster en Allemagne. Ah parce que, oui, je ne vous ai pas dit, je rentre à l’IEP de Lille en FIFA (amateurs de football, ne vous méprenez pas, cela n’a rien à voir avec votre sport préféré… Même si cette année le nom de cette filière est encore plus trompeur que d’habitude…), donc je traduis FIFA = Filière Intégrée Franco-Allemande. Et là, vous vous dites : mais c’est quoi le délire du franco-allemand ? L’allemand, c’est dur, c’est moche. Ben oui, mais nous sommes une petite quarantaine dans ce délire, et je compte bien m’éclater. Et puis vous n’allez pas me dire que Berlin vous n’adorez pas ?! Enfin voilà, je vais passer cinq ans – normalement – à osciller entre la France et l’Allemagne. Et c’est pour cela que ce départ à Lille me fait d’autant plus flipper, parce que c’est vraiment tout nouveau nouveau, et avoir l’impression de s’engager comme ça pour cinq ans, c’est plutôt bizarre comme effet. Avant, avant que j’ai mon bac, avant que je quitte définitivement le lycée, tout ça me paraissait loin loin loin. Et maintenant on y est.

Ah et j’oubliais, je ne me suis même pas présentée, honte à moi… Juliette, 18 ans, jeune bachelière 2014. Et par ce blog,je compte vous raconter ma vie, ma petite vie d’étudiante, le boulot, les soirées, les retours à la maison, les déceptions, les réussites, tout.

En attendant, J-23 et on se retrouve après la rentrée !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s