fac française ou uni allemande ?

 

Comment raconter le début de ma vie universitaire allemande ?

 

 

Et bien, c’est simple. Tout d’abord, cela n’a strictement rien à voir avec la vie universitaire française. Enfin, je ne peux pas vraiment parler de manière générale, donc je dirai plutôt que cela n’a rien à voir avec la vie universitaire à Sciences Po Lille. Pourquoi ? Parce que c’est tellement différent.

Première différence ?
Le nombre d’heures de cours. Sur mon emploi du temps, sur le site de la fac, chaque cours dure 2h. En réalité, c’est 1h30, ce qui a réduit mon emploi du temps d’un quart. Et les profs n’essayent pas de grapiller quelques minutes par-ci par-là, le cours est fini, ils arrêtent, parfois même avant l’heure officielle. Et je suis en week-end le jeudi à 10h. Mes week-ends sont aussi longs que mes semaines de cours.

Deuxième différence ?
Le caractère obligatoire des cours. Non, aucun cours n’est obligatoire (à part les cours de langue pour la bonne et simple raison que quelqu’un qui ne vient pas en cours de langue ne peut pas prétendre avoir appris la langue puisqu’une langue se parle, donc dans ce cas-là il y a une obligation de se présenter au cours). Les profs estiment que nous sommes assez grands pour venir ou non, si on ne se présente pas, on n’aura qu’à rattraper le cours via un camarade, et si on ne se présente pas le jour où on doit faire un exposé ou autre, c’est à nos risques et périls. Le maître mot : la débrouillardise. Tu viens, tu viens pas, c’est ton choix. Tu valides, tu valides pas, c’est ta faute. Soit parce que tu n’es pas venu et n’as pas rattrapé, soit parce que tu n’as pas pris la peine de venir la seule fois où tu avais une présentation à faire. Mais s’il n’y a rien à présenter et seulement des devoirs écrits à rendre, tant que tu les rends en temps et en heure, qu’est-ce que cela peut faire au prof que tu sois présent ou non ? Rien. Bref, on se sent plus adultes et responsables. Et on n’est plus enclin selon moi à venir en cours sans ce caractère obligatoire qui met pression et qui du coup fait que tu ne viens pas forcément pour apprécier le cours, mais seulement parce que tu y es obligé donc tu te forces et finalement t’es juste là assis, mais t’écoutes pas, parce que tu te sens frustré et que t’as pas envie d’être là, et ça ne sert à rien.

Troisième différence ?
Tes camarades de cours. Age, cursus, etc. Surtout dans les cours électifs. En cours de biopolitik par exemple, il y a nous, les doubles-cursus en deuxième année, il y a aussi d’autres premières années en politique il me semble, et puis aussi des gens en master. Ensuite, on étudie tous quelque chose en rapport avec la politique mais jamais exactement la même chose. Certains font de la politique et du français, d’autres de la politique et de la germanistique, d’autres encore plus largement les sciences sociales, d’autres de l’économie aussi, d’autres du droit. Tout le monde fait des trucs différents, c’est super intéressant. Dans mon cours de biopo, je suis sûre et certaine qu’il y a un mec qui a au moins 30 ans et qui ça se trouve a le même âge que le prof, voire est plus âgé car le prof est pas très vieux non plus.

Quatrième différence ?
Le travail perso. En fait, on se dit, bon, on n’a pas beaucoup de cours, mais du coup ça va être beaucoup de travail perso à côté. Ben en fait pas tant que ça, car étant en week-end le jeudi à partir de 10h, j’ai tout le temps de bosser les cours. Et tout ce que j’ai à faire, c’est lire des textes pour chaque cours, c’est vrai qu’ils sont plus ou moins longs et qu’ils sont en allemand, donc c’est du travail, mais j’ai pratiquement quatre jours pour faire ça. J’ai aussi quelques exposés, et j’aurais des partiels à la fin du semestre et des devoirs écrits à rendre en mars. Mais j’ai le max de temps pour le préparer, et je trouve ça pour l’instant beaucoup moins stressant qu’à Sciences Po où on était tout le temps speed (même si c’est vrai que j’ai eu que deux semaines de cours pour l’instant, mais comme je suis organisée, même pour les devoirs écrits à rendre en mars, ça va le faire, car du coup on a tout le semestre pour les préparer). Bref travail perso oui, mais développement perso semble aussi plus important ici dans la mesure où du coup on a du temps pour s’engager dans une association, se trouver un job ou encore se rendre à des expos ou visiter des musées aux quatre coins de la région grâce à notre Semesterticket qui nous permet de prendre le train gratuitement dans toute la région. Ce qui nous amène à la cinquième différence.

Cinquième différence ?
Le traitement des étudiants. L’Allemagne, en tout cas en Nordrhein-Westfalen, montre beaucoup de soutien envers les étudiants. Un semestre ici m’a coûté 238€. Dans ces 238€ est donc comprise l’inscription à la fac. Mais à cette inscription se rajoute le Semesterticket qui ne permet pas seulement de prendre le train gratuitement dans toute la région (sauf les trains rapides, mais c’est déjà énorme), mais aussi d’utiliser tous les transports en commun de la région avec possibilité d’avoir un vélo avec soi et d’être accompagné d’une autre personne les soirées du vendredi, samedi, dimanche et des jours fériés. Sans payer le moindre frais supplémentaire. Comparaison avec Sciences Po : je paye le prix fort avec les droits d’inscription modulés car mes parents sont considérés comme riches alors que pour l’instant, ce n’est que de la richesse fictive dirons-nous, et les seuls avantages sont l’agenda gratuit aux couleurs de l’IEP et les copies et photocopies gratuites illimitées. Et pour faire une comparaison plus générale avec le système universitaire français, les abonnements aux transports en commun ne sont pas offerts. Bien sûr, les boursiers ont des avantages, mais seulement eux. Et même une amie boursière qui pouvait rentrer chez elle avec le TER sans frais ne pouvait que prendre ce même trajet (fac/son domicile). Alors que là nous pouvons aller absolument partout en Nordrhein-Westfalen. Et les étudiants sont bien plus responsabilisés en université allemande qu’en France, dans la mesure où ils décident eux-mêmes ou non d’aller en cours et en subissent les conséquences ou non sans avoir la pression de l’administration. Cela peut être un désavantage, mais cela permet aux étudiants de vraiment se prendre en main, eux-mêmes, de choisir eux-mêmes ce qu’ils veulent faire de leur vie ou non.

Sixième différence ?
Le cursus universitaire. Il n’y a pas de grandes écoles en Allemagne comme on l’entend en France. Ni de classes préparatoires. Il y a différentes universités avec différents types de cursus. Certaines sont bien sûr plus renommées que d’autres, plus prisées. Mais cela reste l’université. Il n’y a pas d’ENS ou d’ENA ou d’INSA ou encore de HEC. Et il existe la possibilité de pouvoir, quel que soit notre âge, notre niveau d’études déjà atteint, commencer un nouveau cursus. Exemple : Sciences Po Paris ne peut être tenté que directement après le bac. Pas possible de commencer en bac + 1, on doit ensuite attendre le Master. Sciences Po Lille présente un peu le même système, comme les autres IEPs. Il est possible d’y entrer directement après le bac ou en bac + 1, mais au delà, il faut attendre le master. Du coup, il n’est pas non plus possible de faire une année sabbatique ou de service civique entre le début de ses études et l’obtention du baccalauréat. En Allemagne, c’est tout autre, il suffit de regarder les Allemands de mon cursus Sciences Po qui sont donc entrés par la voie allemande, la voie de l’université allemande. Certains sont plus âgés, la plus vieille a déjà eu 22 ans cette année il me semble. Alors que je n’en ai que 19. Rentrer à Sciences Po en première année à 22 ans du côté français n’aurait pas été possible. Certains ont fait une année de service civique ou autre. Dans certains des cours on voit aussi bien que certaines personnes, bien qu’elles commencent à étudier la science politique et en sont donc à leur premier semestre, sont plus vieilles que moi qui pourtant en suis déjà à mon troisième semestre.

Bref, voilà, l’organisation, le rapport aux élèves, aux études, le travail demandé, l’accessibilité aux différents cursus, etc, sont autant de différences qui nous permettent de mettre en parallèle le système universitaire français et le système universitaire allemand. La notion d’élite est beaucoup moins explicite à la fac allemande, beaucoup moins visible. Et encore, il y a bien d’autres différences qui se laissent percevoir, je ne vous ai citées que celles que j’ai pour l’instant le plus remarquées pour vous donner un petit aperçu de la culture allemande du point de vue de la formation. Après je ne connais pas vraiment le système à la fac pure en France, je ne connais que le système Sciences Po et ce qui tourne autour des grandes écoles. Mais il me semble que du coup la fac est un peu dévalorisée en France, en tout cas dévaluée, alors qu’elle propose des cursus toujours plus intéressants. Il me semble aussi qu’on ne met pas assez de moyens dans l’éducation en France par rapport à l’Allemagne. Les étudiants en Allemagne ont énormément de possibilités MAIS AUSSI les moyens qui vont avec, là est la différence. Après je ne pourrais cependant pas dire quel système est le mieux, il y a sûrement du bon à prendre dans les deux, mais cela peut donner à réfléchir. Est-ce que les Allemands réussissent moins bien que nous ? Non. Donc il doit bien y avoir un juste milieu, un système idéal. (Ou je suis trop idéaliste, c’est une possibilité.) Être à Münster me permet vraiment d’expérimenter deux types de formation, d’apprentissage, deux manières différentes d’apprendre et d’enseigner, et c’est vraiment bien de pouvoir avoir les deux points de vue.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s