roman #2

Six mois après ma première recommandation en matière de romans, je me décide enfin à vous parler d’un autre de mes romans préférés. Alors, de quoi s’agit-il ? Suspens, suspens. (…) Belle du Seigneur par Albert Cohen ! Pourquoi Belle du Seigneur ? Premièrement, certainement parce que je suis une grande romantique, amoureuse des histoires d’amour en tous genres, et en particulier celles qui finissent mal. Deuxièmement parce qu’il s’agit tout de même d’un chef d’oeuvre du 20e siècle. Publié en 1968, Belle du Seigneur est en réalité le troisième volume d’une tétralogie. Mais je dois bien l’avouer, je n’ai lu aucune des autres oeuvres. Belle du Seigneur n’a, selon moi, pas besoin de ses prédécesseurs et de son successeur, pour exister. Je ne connais pas vraiment Albert Cohen, si ce n’est qu’il est suisse et que ce roman est le summum de son oeuvre. La version que je possède est une version de poche, celle de Folio. Il est vrai que le nombre de pages peut au début vous rebuter. En effet pour lire 1000 pages, il faut avoir du courage. Mais je vous assure, que cela en vaut le coup. Enfin quoi que, c’est sûrement (comme c’est le cas pour beaucoup de choses) quitte ou double. On adore ou on déteste.

Mais qu’est-ce que raconte exactement Belle du Seigneur ? La naissance d’une histoire d’amour passionnée entre deux jeunes gens : Ariane et Solal. Ariane pourtant mariée, une vie bien réglée. Mais Solal est un séducteur et a beaucoup plus de charme que son mari, Adrien. Leur passion va alors se développer, une passion sans équivoque qui pourtant va peu à peu perdre sa splendeur. Mais elle ne disparaîtra cependant pas totalement parce qu’Ariane et Solal vont trouver une « solution ». Je n’ai pas envie de vous en dire plus car c’est la fin du roman et pour moi toute la beauté se trouvent là. Même si cela paraît en même temps totalement stupide. D’ailleurs, c’est lire un extrait de la fin du roman en cours de littérature au lycée qui m’a donné envie de me le procurer. Et je dois dire que je ne regrette pas. Mais à côté de cette histoire d’amour enflammée, Albert Cohen via son héros juif aborde aussi le thème de l’antisémitisme, fortement prégnant à l’époque où il écrit son oeuvre. Et grâce au personnage d’Adrien, le roman a malgré tout un côté comique, se moquant des personnages comme Adrien. Personnage médiocre, sans qualités exceptionnelles, sans réussite extraordinaire. Et par extension se moquant d’un certain type de société.

Quant à mon avis sur le roman, vous avez déjà pu lire que j’avais beaucoup aimé et que cela en vaut le coup. Belle du Seigneur est pour moi une oeuvre magnifique et étincelante. Déjà une grande amoureuse de base, ce livre a encore bouleversé ma vision de l’amour et l’a rendue sûrement encore plus passionnée. (Oui, vous avez le droit de vous moquer ou de rigoler, mais pas de commentaires s’il-vous-plaît haha.) Malgré tout, je n’ai pas vraiment aimé le film. Pour moi, cela reste un roman extraordinaire, mais le film n’a pas répondu à mes attendes. Bref, je recommande le bouquin ! Comme l’a qualifié les Inrocks il s’agit d’une « histoire d’amour absolue, indépassable ». Et comme disait Paul Creth pour la Voix du Nord à sa sortie en 1968: « Belle du Seigneur est beaucoup plus qu’un roman : un monument, une cathédrale, un morceau de temps recréé dans sa générosité, sa totalité. » Cela résume parfaitement bien ma vision de l’oeuvre.

A partir de 3€66 d’occasion à la Fnac.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s