Non classé

bilan

img_2660
les au revoir (parmi tant d’autres)

Septembre 2015

J’ai hâte d’aller à Münster et de commencer une nouvelle année là-bas. Je suis encore en vacances jusque mi-octobre, le temps se fait long. Mais quand j’arrive à Münster à la fin du mois, le coup de blues se fait quand même ressentir. Partir à l’étranger, ce n’est pas comme partir faire mes études dans une autre ville pour moi. Car Lille-Reims, il faut avouer qu’il y a pire. Si tu veux tu peux rentrer tous les week-ends pour voir ta famille et tes amis de là-bas, en covoit’ c’est hyper intéressant. Münster-Reims, c’est pas tout à fait pareil, même si encore je n’étais pas la pire. Mais à 19 ans, même plutôt indépendante, ça arrive quand même de se sentir un peu triste et de se dire « j’aurais bien passé quelques nuits de plus dans mon lit » (lit qui d’ailleurs n’est plus vraiment ton lit puisque que cela doit être celui dans lequel tu dors le moins depuis que tu as commencé tes études).

thumb_ttrg1591_1024
château de la fac

Octobre 2015

L’année commence à Münster. Tranquillement. Le rush de Sciences Po ? Connaît pas. Je suis en week-end le jeudi midi, je reprends doucement le lundi. La vie est belle. Mais quand même : qu’est-ce que je vais faire de tout ce temps ? Au début, c’est pas facile non plus ça. On est habitués à vivre à 100 à l’heure, rendre des fiches de lecture, réviser des galops, préparer des exposés toutes les semaines et là… Non. Il faut un temps d’adaptation.

week-end à Köln
week-end à Köln

Novembre 2015

Le temps est morose. On n’a toujours pas trouvé comment remplir son temps libre entièrement, c’est bien de s’ennuyer, mais bon. Pas tout le temps. Mois de novembre pas très marquant. Je me rends juste à Strasbourg pour parler de mon cursus au forum franco-allemand. Ca fait du bien, c’est juste après les attentats, je suis contente de voir de la famille.

berlin
berlin

Décembre 2015

Le mois de Noël. Toujours trop de temps libre à mon goût. (Mais je vous rassure, je m’y habituerai vite.) On décide de voyager un peu. Enfin voyager, je vais juste à Berlin pour le week-end, chez un ami rencontré en Voltaire (six mois en Allemagne en Seconde) qui fait ses études à Berlin. Je lui ai rendu visite dans sa petite ville paumée début septembre, mais maintenant il me permet d’avoir un pied à terre à Berlin. C’est là que l’année commence vraiment à être intéressante car je fais de très belles rencontres. Enfin surtout une. Et puis je rentre pour Noël, et là moi qui attendais de rentrer depuis un moment, j’ai qu’une envie : retourner en Allemagne.

retour à Münster
retour à Münster

Janvier 2016

Les partiels se rapprochent. On commence à réviser, à penser aux Hausarbeiten, à se dire qu’il faut peut-être (un peu) travailler. Non pas qu’on ne travaille pas, mais c’est différent, moins scolaire, plus libre, plus flexible. Je retourne à Berlin et tombe totalement amoureuse, pas que de la ville (je l’étais déjà). On fait des dîners et/ou apéros entre copines. On commence à avoir nos habitudes à Münster. Et en plus, je suis devenue végétarienne.

porto
porto

Février – Mars 2016

Deux semaines de partiels environ. Trois partiels étalés sur deux semaines grosso modo. Le bonheur. Ca change de Sciences Po. Et ensuite deux mois de vacances. Ok, il faut écrire les Hausarbeiten, mais deux mois de vacances !! Je profite. Porto en famille, Münster pour travailler, Berlin encore et toujours, la France pour retrouver sa famille et ses amis.

berlin

Avril 2016

Retour à Münster pour le deuxième semestre. Nouvel emploi du temps : cours du lundi midi au mercredi soir. Je réalise que j’ai de moins en moins de retourner à Sciences Po et retourner vivre en France en général, je me sens bien en Allemagne, et finalement Münster, c’est pas si loin de chez moi et puis Paris-Berlin en avion, ça se fait plutôt bien. Le semestre commence à peine, mais j’ai déjà l’impression que c’est la fin. Un an c’est trop court.

20 ans
20 ans

Mai 2016

Même pas un mois de cours, déjà une semaine de vacances pour la Pentecôte. Je rentre à la maison car j’ai 20 ans et mes cadeaux je les veux quand même… Hahaha. Quoi qu’il en soit, le mois de mai se déroule à merveille, pas trop de taff, quelques jours à Berlin, toujours les apéros/dîners entre potes… Parfois on se lève à midi, on mange à 16h et puis encore une fois à 22h. Le week-end du 1er mai on boit toute la journée et tout le monde s’en fiche. Purée c’est bon la vie d’étudiant.

20 ans
20 ans

Juin 2016

Je rentre à Reims pour fêter mes 20 ans entre potes avec Clémentine qui est de fin mai, je crois que c’est le meilleur anniversaire de ma vie ! D’ailleurs si vous voulez encore m’offrir un cadeau car vous ne l’avez pas fait, c’est sans aucun souci. Je crois que j’ai jamais été aussi heureuse. Je veux pas partir. Et pourtant la fin se rapproche de plus en plus… Non pas que j’adore Münster et que j’y passerai le restant de mes jours. Mais ma vie plus tard, je veux pas la construire en France. Et parce que de toute façon, je me sens Européenne. Ces nationalismes n’ont aucun sens pour moi. L’Europe c’est chez moi, l’Europe je l’aime.

dernières soirées à münster
dernières soirées à münster

Juillet 2016

Dernier mois à Münster. Des fêtes d’adieux, un dernier aller-retour à Berlin, encore quelques partiels et on plie bagage. Je dois rentrer chez moi en train car mes parents sont en vacances et ne peuvent venir me chercher avec la voiture pour déménager mes affaires. Je passe une journée à voyager pratiquement pour atteindre Reims de Münster. J’ai vendu tous mes meubles. Enfin presque. Mais je reviens quand même avec une amie pour récupérer tout mon bordeL. Je dis au revoir à ma coloc. On boit un dernier coup à l’Aasee, on mange une dernière fois dehors, et le lendemain matin, tout est chargé, on se casse. Au revoir Münster, tu vas me manquer, mais on se revoit bientôt. C’est déprimant mais c’est comme ça.

chien à plumes 2016
chien à plumes 2016

Août-Septembre 2016

Je travaille tout l’été (avec une petite pause au Chien à Plumes) avant de rejoindre mon amoureux pour deux semaines de vacances avant le retour à Sciences Po. Je vous cache pas que je flippe. Cette année, c’est M1 Développement Soutenable + rédaction du Bachelorarbeit pour valider mon Bachelor allemand. En plus, je suis loin de Berlin. Les adieux à l’aéroport avant de rejoindre Paris sont insoutenables. L’arrivée à Sciences Po a quelque chose de bizarre, comme si c’était irréaliste. Heureusement mes nouveaux colocs ont l’air sympa.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s