Mon monde

coup de blues

Je savais que le retour à Lille serait difficile. Mais je ne pensais pas qu’il le serait autant. Depuis que j’ai laissé mon copain prendre son avion pour Berlin pendant que j’attendais le mien pour Paris, j’ai l’impression d’être dans un état stationnaire de déprime. Il va me falloir du temps pour me réhabituer à la vie ici.

J’ai tous ces souvenirs qui me sautent au visage à chaque instant que je passe seule. Ces moments si précieux, totalement hors du temps, si importants qu’on se sent incroyablement seul en y repensant. Je suis tombée amoureuse en Allemagne et ce fut ma plus belle erreur. Les erreurs peuvent être étonnamment belles. C’était magnifique de (re)tomber amoureuse. Vous savez, quand vous sortez d’une histoire qui s’est terminée difficilement. Vous ne saviez pas si c’était encore de l’amour ou le besoin indécent d’être aimé(e). Vous ne saviez plus si cela signifiait encore quelque chose. Et vous avez tout laissé en plan parce que tout était devenu trop flou, parce que cela perdait tout son sens. Et un soir, vous le rencontrez. Et ça change tout. Que cela marche ou pas, vous savez que vous aviez raison, que c’était terminé, que cette histoire avait été belle, mais que c’était la fin.

« When a relationship is over, leave. Don’t continue watering a dead flower. »

Et le point final est mis. On ne se pose plus de questions et on fonce, car un nouveau chapitre se prépare. C’est une métaphore facile, quelque peu banale, mais la vérité est là : on se trouvait devant une page blanche. Il n’y avait rien. Absolument rien. Et un beau soir, on se rend compte qu’il suffit de tourner cette page et le nouveau chapitre commence.

« I don’t remember falling in love with you. I just remember holding your hand realizing how much it was going to hurt when I would have to let it go. »

Je suis tombée amoureuse et ça a tout changé. Et j’ai vécu une de mes plus belles années de ma vie et ça m’a changée. Maintenant, tout me semble fade. Lille me semble fade. Sciences Po me semble fade. Etre entourée me permet d’oublier, mais le soir, c’est l’insomnie. Et l’amour à distance, c’est pas facile. On a le coeur serré, les larmes faciles, Cette année est pourtant charnière, je suis en master, le master qui me plaît qui plus est, je dois écrire mon Bachelorarbeit, c’est ma dernière année complète à Lille (normalement). Je m’en étais réjouis au tout début, c’était le début des choses sérieuses théoriquement, le début des choses intéressantes. Apparement il existe un syndrome post-erasmus. Dans mon cas, ce n’était pas vraiment Erasmus mais ça y ressemblait fortement. Et ça doit être ça. Ca va passer, comme dit maman, je vais reprendre mon rythme, et ça va aller. Mais j’ai mon copain là-bas à Berlin et j’étais tellement bien à Münster. J’étais tellement bien. Qu’est-ce que je m’en foutais de prendre 36 000 trains pour rentrer chez moi, je sais que je pouvais rentrer chez moi assez régulièrement si je le voulais et vivre ma vie là-bas en Allemagne. Mon coeur est là-bas, mon coeur est resté là-bas. Je sais que ça peut faire un peu de mal à ma famille, je sais que ça peut choquer certaines personnes que la France ne m’attire plus. Mais il n’y a rien de méchant dans tout ça. Je me sens bien chez mes parents, mais « home is where the heart is ». Et je sais que où que je sois ma famille me soutiendra toujours et sera toujours là pour moi. Vouloir de faire un pays son pays d’adoption, cela ne veut pas dire tout effacer, cela ne veut pas dire oublier ses origines, c’est simplement vivre autre chose. Quelque chose de différent. L’important n’est-il pas qu’on soit heureux ? Ici, c’est solitude et tristesse. Mais ça va passer. Ca va passer. Je ne vais pas baisser les bras devant un petit coup de mou. Parce que j’ai grandi aussi, j’ai mûri, et je n’en reviens que plus forte. Un jour, mes rêves seront réalité. Mais pour l’instant… il faut reprendre pied.

« i’m somewhere outside my life, babe »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s