le quotidien banal d’une étudiante

On part faire ses études. Loin. A l’étranger. On n’attendait que ça. Et puis on y est. Au début, on a un peu le blues. C’est plus pareil pour rentrer chez soi, c’est plus le même pays, c’est plus chez nous, c’est encore un nouveau lieu auquel on doit s’habituer. Puis ça passe. Assez vite. On prend ses nouvelles marques. On décore sa nouvelle chambre avec des photos, des posters, des cartes postales. On arrange le lieu un peu comme on veut. On repère son petit magasin (bio dans mon cas) où on fera ses courses régulièrement, telle une habituée. On prend ses aises. On a son bol préféré dans le placard. Et on a enfin trouvé comment fonctionnait l’éplucheur à légumes (étrange et en aucun point semblable aux éplucheurs à légume dont on avait l’habitude chez nous). On a sa place dans le frigo et son étagère de bouffe. On commence à avoir sa petite routine. Le mardi on mange avec les copines. Le jeudi on va à la boxe. Le week-end on s’occupe en allant à Cologne, ou bien Berlin ou au cinéma ou peut-être voir une expo. On va courir deux ou trois fois par semaine autour de l’Aasee, entre canards et paysages champêtres. On dit bonjour aux voisins quand on les croise. On reçoit NEON, son magazine préféré. On s’amuse de certaines habitudes allemandes (pendant qu’eux doivent s’amuser de certaines manies françaises). On discute de temps en temps avec sa coloc en faisant la cuisine. On a sa vie, quoi. Parfois quelques coups de mou. Quand on sait qu’il y a repas de famille là-bas chez nous et que de notre côté on est seule dans notre appart un samedi soir. Quand on voit des photos de sa soeur et qu’on a envie de passer du temps avec elle. Quand on tombe sur des publications partagées par sa mère ou son père et qu’on aimerait bien parler de ce sujet avec eux. Quand on aimerait juste dîner un soir à la maison et écouter les blagues pas drôles de Papa et s’amuser de voir Maman tomber dans le panneau une fois sur deux et s’exaspérer d’avoir une ado (bien comme il faut) comme soeur (bien que c’est le cycle de la vie et qu’il faut bien en passer par là). Mais c’est juste des petits coups de mou, rapides, brefs, ils passent vite. Et puis… vient le week-end tant attendu où on rentre à la maison, enfin presque, en France. On a trouvé un moyen assez facile et bon marché de rentrer, c’est deux semaines avant Noël, une petite coupure, un moment qu’on attendait puissance mille. Et le week-end se passe. On est trop heureuse, on est en famille, on voit sa grand-mère chez qui les retrouvailles se passent, ses cousins, leurs parents, nos parents, notre petite soeur. Presque tout le monde, quoi. Les gens importants pour nous, en fait. Donc on profite, mais le temps passe vite. On est déjà dimanche soir. Tout le monde rentre chez soi. Nous, on rentre que le lendemain matin très tôt en covoiturage. On a un peu le cafard, toujours l’impression qu’on s’est pas tout dit, qu’on aurait eu encore plein de choses à partager, mais c’est trop tard. On passe une dernière soirée avec notre grand-mère. Après des résultats d’élections pitoyables, désespérants et angoissants, on regarde une petite comédie pour oublier un peu. Et c’est déjà lundi, il faut repartir, le trajet du retour est long et déprimant. La journée sera longue et déprimante. Pour la peine, à midi on a mangé ses sandwichs, mais aussi quelques gâteaux, des céréales et du chocolat parce qu’il faut bien se remonter le moral et puis tant pis pour la ligne. On reprend peu à peu le rythme, on est allée faire les courses au magasin bio. On a rangé sa chambre. Fignolé quelques demandes de stage. Demain, cela reprendra pour de bon. Normalement. La routine étudiante. Bientôt Noël. Le coup de blues passera dans la nuit.

moi quand je rentre à Münster après un super week-end

moi quand je rentre à Münster après un super week-end

Morale de l’histoire : on est toujours heureux de devenir étudiant, (presque) indépendant, mais finalement c’est pas toujours si facile.