budapest – interrail #6

du 12 au 14 septembre

Budapest est selon moi une des meilleures étapes de ce voyage, pour ne pas dire la meilleure. C’était beaucoup moins culturel que les autres dans la mesure où nous étions déjà toutes les deux allées à Budapest auparavant. Mais cette fois-ci c’était différent.

D’abord, Budapest est une ville vraiment très jolie, pleine de charme ! L’architecture, les rues, la vie, tout est réuni pour faire de cette ville un lieu où il fait bon vivre. Et si nous avons particulièrement apprécié cet étape, c’est aussi grâce à l’accueil que nous avons reçu. Après Vienne, Budapest fut donc ma deuxième expérience de Couchsurfing. Nous sommes arrivées en fin de journée après avoir fait une halte à Bratislava.

PETIT POINT BRATISLAVA : J’y avais déjà passé une journée avec mes parents. Franchement, ce n’est pas ma ville préférée, j’ai tout fait pour décourager Mélanie à avoir envie d’y passer, mais je n’ai pas réussi car elle voulait voir par elle-même… Alors peut-être que vous êtes des fans de Bratislava, mais moi pas… Il paraît que pour sortir, faire la fête, c’est cool, mais comme étape de road trip, franchement c’est pas mon délire. Donc y a passé quelques heures. La flemme de faire le tour de la ville, j’ai bu 3 espresso et je peux vous dire que j’étais bien déter’ pour Budapest haha.

Bref, nous sommes arrivés à Budapest en fin d’aprèm’. Nous avions rendez-vous avec un de nos hôtes, nous avons donc traversé une bonne partie de la ville à pied pour le retrouver (car il faut dire qu’on prenait très peu de transports en commun). Il nous a déposées chez lui, nous a laissées nous installer et nous nous sommes retrouvés chez eux vers 22H quand notre deuxième hôte, son coloc, est rentré du boulot et nous sommes sortis tous les quatre. C’était vraiment une très très bonne soirée ! Et des rencontres vraiment sympas. Dani et Mark étaient vraiment très cool. Et j’aimerais vraiment les recroiser, revoir un de ces quatre !

Bref, vraiment je garde de Budapest un très bon souvenir et de nouveaux copains !

 

 


Une petite mise à jour de l’article sera faite au cours de la semaine prochaine quand j’aurai à nouveau mon carnet de voyage avec toutes les petites adresses.

Publicités

wien – interrail #5

du 10 au 12 septembre

Nous avons quitté l’Italie pour nous rendre plus à l’Est, mais également plus au Nord, en Autriche, et plus précisément à Vienne. Le choc thermique… Non, sans rire, nous sommes parties de Rome en t-shirt, il n’était même pas 9h du matin, mais il faisait bon. Le trajet jusqu’à Vienne était long et plein de changements. Nous nous sommes arrêtées dans les montagnes avant d’avoir un train pour Innsbruck d’où nous allions à Vienne : il faisait gris, il faisait froid, on n’était absolument pas préparées haha. Mais nous avons fini par arriver à Vienne vivantes, s’habituant peu à peu au fait que l’été était fini…

A Vienne, nous avons fait du Couchsurfing, ce fut ma première expérience et sûrement la meilleure. Notre hôte était vraiment exceptionnel : Non seulement, nous avions des lits tout prêts où nous attendaient plans de la ville, bonbons, petits gâteaux et doubles des clés, mais en plus de cela, il nous avait préparé à manger. Et le lendemain matin, il nous a fait des Palatschinken pour le petit-déjeuner (il ne s’agit ni plus ni moins selon moi que de crêpes, peut-être un peu plus épaisses, mais c’était délicieux). Chez lui logeaient également d’autres voyageurs dont la première nuit une Californienne et une Polonaise, et les deux secondes une Australienne avec qui nous avons passé la journée du dimanche. Vraiment, si vous avez la chance de tomber sur lui en faisant du Couchsurfing à Vienne, vous ne serez pas déçu-e-s, c’est vraiment le meilleur.

Vienne est une jolie ville, il faut le dire ! Mais nous avons trouvé que ce n’était pas très vivant, peut-être car nous y étions un dimanche et que le lundi, le temps n’était pas très clément… Mais tout était fermé. Cependant, il s’est avéré que le week-end de notre visite, c’était le week-end Open House, c’est-à-dire que certains bâtiments s’ouvraient au public, des sortes de portes ouvertes. La plupart ne participait que le samedi, mais le dimanche il y avait encore quelques trucs et nous sommes tombées par hasard sur l’Odeon Theater que nous avons pu visiter donc gratuitement. Il faut avouer qu’à Vienne nous étions un peu fatiguées, après cette visite, nous sommes allées manger (un très bon burger vegan à Swing Kitchen) et nous sommes restées dans le restau’ au moins deux bonnes heures tellement nous avions la flemme, puis il faisait si froid par rapport à Rome ou Venise… Nous sommes rentrées assez tôt pour nous reposer, nous avons discuté avec notre hôte avant que l’Australienne arrive. Il avait préparé pour elle une spécialité australienne, en tout cas quelque chose que beaucoup d’Australiens adorent (je ne saurais pas vous redire le nom), mais l’Australienne était aux anges.

Le lendemain, donc le lundi, nous avons passé la journée avec l’Australienne. Notre hôte travaillait. Nous sommes donc allées au Schloss Schönbrunn, le château de Sissi pour les connaisseur-se-s, juste avant la pluie ! Parfait timing. Puis comme nous avions prévu que le temps ne nous serait pas des plus favorables, nous avions décidé de nous rendre au Musée d’Histoire Naturelle. Franchement, c’était cool, j’étais jamais allée dans un Musée d’Histoire Naturelle, c’était l’occasion. Moi je dois dire que ce que je préfère c’est les dinosaures. Quand j’ai vu les araignées là, j’ai paniqué. Et voici ci-dessous la terre !

Pour remercier notre hôte, nous avons cuisiné tous ensemble le dernier soir, quelque chose de végane : le FAMEUX DAHL. Il a adoré et était très content qu’on lui montre ce qu’il pouvait faire avec ses lentilles corail fraîchement achetées. C’était une très bonne soirée, nous avons fini par quelques verres avec l’Australienne dans le bar en bas de la rue. Vienne n’est définitivement pas ma ville préférée, mais j’en garde un bon souvenir et de belles rencontres.

venezia – interrail #2

du 4 au 7 septembre

Après un voyage interminable – nous sommes parties de Mulhouse peu après 7h du matin et passées par toute la Suisse – nous sommes arrivées dans la belle Venise en début de soirée, le soleil commençait doucement à se coucher. La vue en arrivant était magnifique. En effet, nous avions trouvé une auberge assez abordable dans Venise même. Nous sommes restées trois nuits, du lundi au jeudi matin. Sur nos deux jours pleins, nous en avons passé un à Trieste (ce sera donc l’objet du prochain article !).

Comment décrire Venise ? Comment décrire une beauté indescriptible ? Comme nous avons eu l’habitude de l’appeler durant ces quelques jours, Venise est une ville-musée. On peine à croire qu’une vie réelle y soit possible. Pourtant il y a quelques habitants et même une université. Mais la ville est si pleine de touristes (surtout début septembre, c’était encore assez plein) qu’aucune de nous ne s’imaginait vivre ici.

Mais Venezia est réellement une ville magnifique, tout est splendide. Tu prends une rue, tu tournes la tête et tu es tout de suite émerveillé-e. Tu montes un pont, tu regardes à droite, à gauche, et tu en perds les mots tellement c’est beau. Tu peux tout faire à pied ! En revanche, vive les applications gps pour smartphone, car avec les centaines de Calle et Campo et que sais-je encore, tu as vite fait de te perdre. Mais quand tu te perds, tu découvres des lieux superbes.

Alors si vous y allez, je vous conseille plutôt fin septembre peut-être, pour éviter les touristes. Je vous conseille aussi de simplement vous balader et vous laisser vous perdre au travers des petites ruelles. En amoureux, ça doit pas etre pas mal aussi. On a bien observé et les célibataires se comptent bien sur les doigts de la main.

Si vous voulez manger une bonne glace, genre vraiment bonne (mais pas végane, j’avoue m’être beaucoup limitée au végétarien durant ce voyage, mais je vais reprendre la main), allez chez Venchi (au final leurs sorbets sont sûrement véganes). Et si vous voulez un apéro pas cher (vraiment pas cher !! surtout pour Venise !), alors rendez-vous Osteria Al Squero (Dorsoduro 944 selon le ticket de caisse que j’ai gardé), ils vendent des petites tartines et du vin à partir de 2€ le verre à peu près, et l’Aperol Spritz était à 2,50€…

Je retiendrai donc de Venise la beauté, le charme, le soleil, et les Aperol Spritz au bord de l’eau.

quésako – interrail 2017 #1

Du 4 au 24 septembre 2017
Venise – Rome – Vienne – Budapest – Cracovie – Varsovie – Berlin

Comme vous en avez sûrement déjà toutes et tous entendu parler, le 4 septembre prochain commence mon Interrail avec Mélanie.

Déjà, qu’est-ce qu’un Interrail ? Il s’agit d’un voyage en train en Europe. En mars dernier, lors des annuelles promotions qu’offrent le site, nous avons acheté nos Global Pass permettant de voyager dans toute l’Europe. Pour faire court, vous avez le choix entre plusieurs formules. D’abord vous avez le choix entre un Global Pass ou un One Country Pass, selon si vous souhaitez visiter plusieurs villes/pays d’Europe ou découvrir un seul pays. Et ensuite, selon ce que vous souhaitez, vous pouvez choisir de voyager non-stop quelques jours ou quelques semaines, ou seulement de voyager un nombre de jours donné (par exemple 5 jours de voyage sur une durée de 10 jours). Nous nous sommes décidées pour 3 semaines de voyage non-stop. Finalement, nous voyagerons un peu moins pour raisons personnelles, mais le voyage n’est guère raccourci que de quelques jours. Le plan initial contenait la visite des Îles Grecques, mais l’Interrail devant être raccourci, nous avons décidé de visiter ces Îles durant un autre voyage, pour avoir le temps de les découvrir comme il se doit !!

Nous avons décidé d’être hébergées le plus possible grâce au Couchsurfing. Solution économique et sûrement sympathique (ce sera ma première fois) de se loger durant un voyage ! Comme l’Italie est notre première étape, on y a réservé des auberges (surtout qu’il paraît que celle à Rome est géniale, elle nous a été chaudement conseillée !).

Pour chaque étape, un article (ou plusieurs) sera publié sur ce blog dans cette section consacrée à notre Interrail (peut-être après l’Interrail, peut-être pendant, rien n’est encore sûr car je ne vais pas m’encombrer de mon ordi).

Où allons-nous ? Quand y allons-nous ? Pour combien de temps ?

Le 2 septembre, je vais quitter Berlin après deux mois de stage. Mélanie venant d’Alsace, mes parents me déposeront là-bas en rentrant chez eux après une petite semaine de visite dans la ville dont je suis amoureuse. Nous partirons le 4 septembre pour une première étape : Venise. La magnifique Venise. Nous avons réservé une petite auberge en plein centre… J’ai hâte ! Ensuite, nous reprendrons la route direction Rome et ses vestiges. Là-bas, nous allons réserver dans une auberge de jeunesse qui nous a été conseillée. Puis, nous changerons de destination et irons à Vienne où un Couchsurfer a gentiment accepté de nous héberger. Après Vienne, nous rejoindrons Budapest ! Là-bas aussi, nous « couchsurferons ». Suite à notre étape hongroise, nous changerons encore de pays pour aller à Cracovie où le Couchsurfing nous offre un lieu où dormir. Puis, nous roulerons vers Varsovie qui sera l’avant-dernière étape de ce voyage (encore du Couchsurfing !). Nous rejoindrons enfin Berlin, dernière étape de ce périple où Mélanie reprendra pour Mulhouse tandis que je resterai quelques jours avant de rentrer chez moi également profitant des derniers jours de trajet restants de mon Pass.

Voilà voilà comment s’annonce notre voyage… Et je dois vous dire que j’ai vraiment très très hâte de vivre ça ! De partir, voir du pays, changer d’air !

Bon, évidemment, vous me connaissez, ce voyage va de pair avec des photos sur instagram, des petites storys snapchat, etc. Enfin vous me connaissez. Du coup, je vous invite à nous suivre sur mon compte et le compte de Mélanie où des photos seront régulièrement postées. Je ne sais pas si on sera amenées régulièrement à faire des voyages ensemble, donc j’ai décidé de ne pas créer de compte spécifique car ce serait un peu too much haha. Mais voilà, suivez-nous sur les réseaux sociaux si vous voulez aussi un peu changer d’air par procuration.

Twitter, Instagram Ju & Mel, Snapchat julyyym
Hashtag : #INTERRAILMJ2017
Oui, j’adore tous ces petits trucs de communication, genre créer des hashtags, etc. Désolée.

frohe weihnachten

Et pendant que les vacances commencent doucement en France, je suis encore à Münster. Encore deux petites nuits avant mon retour dans mon doux chez moi. At home. Zu Hause. Comme on dit par chez nous.

J’adore Noël. Et l’ambiance de Noël. J’adore chercher des cadeaux pour ceux que j’aime. Et j’adore retrouver toute ma famille autour d’un bon repas et de quelques verres de champagne et de vin. J’adore regarder le sapin tout décoré et illuminé. J’adore la distribution des cadeaux. Et j’adorais quand on devait faire croire aux plus petits que le Père Noël existait encore. Et j’adorais le moment où la sonnette retentissait et on se précipitait, mais c’était trop tard, il était déjà parti sur son traîneau. Et j’adore les étincelles de bonheur dans les yeux quand on se retrouve avec les gens qu’on aime. Et j’adore les films de Noël. Et j’aime à penser que le Père Noël existe en chacun de nous car sinon, qu’est-ce qui rendrait ce moment si merveilleux ? Comment ça la magie de Noël n’est qu’un mythe et les lutins n’existent pas ? La magie de Noël, elle est là, en chacun de nous. Dans le sourire de cette petite fille qui voit le Père Noël pour la première fois. Dans les pensées de ce petit garçon qui se demande ce qu’il va mettre cette année dans sa liste. Dans le regard de cette maman si heureuse de voir ses enfants heureux. Dans les gestes de cet homme qui cherchent avec attention le cadeau adéquat pour sa bien-aimée. Elle est en toi, elle est en moi, il suffit juste d’y croire. C’est comme dans Peter Pan (le film), il suffit de croire que les fées existent, et le tour est joué.

giphy

Alors après un périple à Berlin et une dernière semaine tranquille à Münster sous ces températures affolantes pour un mois de décembre, je vous souhaite de belles fêtes de fin d’année. Un très joyeux Noël. Une belle année à venir ! Et mes aventures ne s’arrêtent pas là. Je quitte Münster demain pour les vacances, mais l’année 2016 s’annonce pleine de surprises.

se replonger dans le monde allemand

Voilà une dizaine de jours que je suis arrivée maintenant. Nous sommes d’ailleurs plus proches de la quinzaine que de la dizaine. Je commence à me réhabituer progressivement à vivre dans un monde qui ne parle pas ma langue quotidiennement et qui a d’autres habitudes. Réhabituer, car je l’avais déjà fait en seconde quand je suis partie six mois en Allemagne dans le cadre du programme Voltaire. Petit à petit je (re)trouve des marques, des repères, je m’habitue à certaines choses comme le fait que la plupart des Allemands sont très sages et ne traversent pas au feu rouge, jamais, ou comme le fait qu’il y a des feux juste pour les vélos même si en vérité, ils sont synchros avec ceux des piétons, qu’il y a des pistes cyclables partout et qu’on circule comme les voitures du côté droit. Je m’habitue aussi progressivement au climat. Nous avons des jours de beaux temps, et ils sont d’ailleurs revenus, mais qui sait pour combien de temps… Mais également des jours de mauvais temps. Une sorte de bruine, de crachin continu, ce qui n’est pas vraiment agréable, mais bon, cela fait partie des caractéristiques météorologiques de cette chère ville il paraît. Je m’habitue également à parler allemand à nouveau, à essayer de penser et de réfléchir en allemand, pour ne plus chercher les mots trop longtemps. Au début, je me disais que ce serait un peu difficile de se remettre dans le bain comme ça, mais en fait, cela est plutôt simple, car je m’aperçois que mon niveau d’allemand me permet de me faire comprendre et de comprendre une conversation. Et puis lorsque plusieurs personnes te disent que tu parles quand même bien allemand (parce qu’ils ont l’habitude des étudiants étrangers, mais habituellement ce sont des Erasmus qui savent à peine aligner deux mots en arrivant, du coup ils sont agréablement surpris), cela te met en confiance, et finalement, tu te dis « c’est plus facile de se débrouiller que ce que je pensais ». Le quotidien ne me fait donc pas peur, je sais que je peux me faire comprendre facilement et que je peux m’intégrer dans une conversation sans trop de difficultés. Ce que je redoute maintenant, ce sont les cours, avec leur vocabulaire spécifique, le débit de paroles plus ou moins rapide selon les professeurs, donc ma capacité à suivre. Je pense que c’est ce qui va être le plus dur au début, car la vie allemande en soi elle n’est pas compliquée et même plutôt cool et on y prend goût assez vite.

Par ailleurs, j’ai commencé à revoir des amis, des gens de ma promo, on a fait quelques trucs ensemble avec Mélanie et d’autres filles cette semaine. On a fait les tests de langue pour pouvoir intégrer les cours d’anglais et/ou espagnol ensemble, on est allées au Wochenmarkt (le marché) à la Domplatz mercredi matin. Marché qui soit dit en passant est vraiment cool, plutôt grand, pas mal de stands bios (même en fromage et pain, et je me trouve toujours heureuse en voyant du bio, même si je n’achète ni de pain ni de fromage pour moi toute seule), bref j’y retournerai sûrement souvent ! Il y a lieu chaque mercredi et samedi matin. On a aussi pris un apéro chez Line et Marie pour fêter leur arrivée. Et participé à la crémaillère de Jules, Matthias et Emil hier soir, je suis d’ailleurs crevée, et pourtant je ne suis pas restée si tard. Mais du coup, hier j’ai revu plein de monde de la fifa, presque tout le monde est venu, et c’était vraiment sympa de revoir tout le monde, de refaire un truc ensemble, même si on n’est pas tous les meilleurs amis du monde, comme je l’ai déjà dit, on s’entend quand même plutôt bien et ça m’a fait plaisir.

J’ai aussi essayé de trouver un job et j’ai eu un essai en tant qu’aide de cuisine à la préparation du buffet du petit déjeuner d’un restau/bar/café qui se veut assez chic, mais cela ne m’a plu, je coupais à la trancheuse, du fromage, du salami et cette espèce de charcuterie allemande visqueuse, le tout à côté d’une fille qui préparait d’autres choses dont à un moment un tiramisu ! Je ne voulais pas être dégoûtée du tiramisu à force de l’associer au salami, et je ne voulais pas non plus passer mes vendredi aprem et mes matinées de week-end à faire ça, j’ai donc décliné car c’était plus pour un appoint, pour me faire plaisir que par besoin. Je chercherai peut-être autre chose, mais je vais voir, ce n’est pas non plus ma priorité.

Demain commence la O-Woche (semaine d’orientation), mais sachant qu’elle n’est pas que pour nous, mais aussi pour les vrais petits bizuths qui commencent à peine leurs études (ce qui n’est pas notre cas, puisque nous entrons en deuxième année), et bien nous avons décidé avec Mélanie de faire un petit tour à Dortmund demain pour profiter de notre Semesterticket qui nous permet de prendre les trains régionaux et les moyens de transports en commun gratuitement en NRW. Notre première réunion obligatoire n’a lieu que mardi matin, tout comme les activités vraiment intéressantes comme la tournée des bars mardi soir ou la soirée d’inté jeudi soir ou le Katerfrühstück (petit déjeuner de la gueule de bois, si si…) vendredi midi. Mais dans une semaine, c’est enfin le début des cours, et je ne cache pas ma hâte car j’ai un peu l’impression de végéter intellectuellement (même si je voudrais sûrement rapidement des vacances les cours retrouvés). Voilà, voilà… Je vous raconterai donc sûrement cette O-Woche d’une seule traite ou par à-coups tout au long de la semaine, les véritables aventures commencent bientôt !! Et je suis impatiente !! Pas seulement pour les cours, mais aussi parce que je veux rencontrer d’autres gens, vivre d’autres choses, une année totalement différente qu’à Lille (même si cette année-là était bien, je ne suis pas ici pour revivre Sciences Po, je suis ici pour vivre Münster) !

Sur ce, à bientôt mes amis. Et la prochaine fois il y aura des photos, promis.

groupes verbaux

Dormir. Lire Er ist wieder da de Timur Vermes quand on a le courage de se concentrer sur l’allemand. Sinon Bon petit soldat de Mazarine Pingeot prêté par notre grand-mère. Regarder The Walking Dead. Se demander ce qu’on regardera quand on aura fini la série. Ranger les cours du lycée qui pour certains squattent l’étagère depuis 2012. Se rappeler le lycée et se dire que cela paraît si loin et que cela fait pourtant à peine plus d’un an qu’on l’a quitté. Ecrire un peu parce que finalement on a le temps, mais pas l’inspiration. Toujours l’envie, mais jamais les mots. Ranger ses papiers, bail de l’appart, inscription à l’IEP, bulletins de paie de l’été, etc. S’occuper du chat malade. Faire tourner le lave-vaisselle. Lire NEON. Choisir ses cours pour l’année qui arrive en espérant qu’on aura ses cours favoris. Penser à ses amis et surtout à ceux qu’on verra sûrement de moins en moins. En avoir ras-le-bol de beaucoup de choses. Rien dire. Mais rien dire, c’est savoir qu’un jour on explose. Faire des gâteaux. Boire du thé. Noir le matin, vert l’après-midi. Aller courir un jour sur deux (ou presque). Jouer à 2048 en essayant désespérément de battre son record. Sans jamais réussir. S’ennuyer et attendre impatiemment l’Allemagne. Ecouter de la musique, beaucoup de musique. Et dormir à nouveau. Et se dire qu’on regrettera cette période de glandage absolu les cours venus. Mais glander en câlinant son chat, c’est quand même le pied.

11999884_1021905914509142_194662883_n