frohe weihnachten

Et pendant que les vacances commencent doucement en France, je suis encore à Münster. Encore deux petites nuits avant mon retour dans mon doux chez moi. At home. Zu Hause. Comme on dit par chez nous.

J’adore Noël. Et l’ambiance de Noël. J’adore chercher des cadeaux pour ceux que j’aime. Et j’adore retrouver toute ma famille autour d’un bon repas et de quelques verres de champagne et de vin. J’adore regarder le sapin tout décoré et illuminé. J’adore la distribution des cadeaux. Et j’adorais quand on devait faire croire aux plus petits que le Père Noël existait encore. Et j’adorais le moment où la sonnette retentissait et on se précipitait, mais c’était trop tard, il était déjà parti sur son traîneau. Et j’adore les étincelles de bonheur dans les yeux quand on se retrouve avec les gens qu’on aime. Et j’adore les films de Noël. Et j’aime à penser que le Père Noël existe en chacun de nous car sinon, qu’est-ce qui rendrait ce moment si merveilleux ? Comment ça la magie de Noël n’est qu’un mythe et les lutins n’existent pas ? La magie de Noël, elle est là, en chacun de nous. Dans le sourire de cette petite fille qui voit le Père Noël pour la première fois. Dans les pensées de ce petit garçon qui se demande ce qu’il va mettre cette année dans sa liste. Dans le regard de cette maman si heureuse de voir ses enfants heureux. Dans les gestes de cet homme qui cherchent avec attention le cadeau adéquat pour sa bien-aimée. Elle est en toi, elle est en moi, il suffit juste d’y croire. C’est comme dans Peter Pan (le film), il suffit de croire que les fées existent, et le tour est joué.

giphy

Alors après un périple à Berlin et une dernière semaine tranquille à Münster sous ces températures affolantes pour un mois de décembre, je vous souhaite de belles fêtes de fin d’année. Un très joyeux Noël. Une belle année à venir ! Et mes aventures ne s’arrêtent pas là. Je quitte Münster demain pour les vacances, mais l’année 2016 s’annonce pleine de surprises.

se replonger dans le monde allemand

Voilà une dizaine de jours que je suis arrivée maintenant. Nous sommes d’ailleurs plus proches de la quinzaine que de la dizaine. Je commence à me réhabituer progressivement à vivre dans un monde qui ne parle pas ma langue quotidiennement et qui a d’autres habitudes. Réhabituer, car je l’avais déjà fait en seconde quand je suis partie six mois en Allemagne dans le cadre du programme Voltaire. Petit à petit je (re)trouve des marques, des repères, je m’habitue à certaines choses comme le fait que la plupart des Allemands sont très sages et ne traversent pas au feu rouge, jamais, ou comme le fait qu’il y a des feux juste pour les vélos même si en vérité, ils sont synchros avec ceux des piétons, qu’il y a des pistes cyclables partout et qu’on circule comme les voitures du côté droit. Je m’habitue aussi progressivement au climat. Nous avons des jours de beaux temps, et ils sont d’ailleurs revenus, mais qui sait pour combien de temps… Mais également des jours de mauvais temps. Une sorte de bruine, de crachin continu, ce qui n’est pas vraiment agréable, mais bon, cela fait partie des caractéristiques météorologiques de cette chère ville il paraît. Je m’habitue également à parler allemand à nouveau, à essayer de penser et de réfléchir en allemand, pour ne plus chercher les mots trop longtemps. Au début, je me disais que ce serait un peu difficile de se remettre dans le bain comme ça, mais en fait, cela est plutôt simple, car je m’aperçois que mon niveau d’allemand me permet de me faire comprendre et de comprendre une conversation. Et puis lorsque plusieurs personnes te disent que tu parles quand même bien allemand (parce qu’ils ont l’habitude des étudiants étrangers, mais habituellement ce sont des Erasmus qui savent à peine aligner deux mots en arrivant, du coup ils sont agréablement surpris), cela te met en confiance, et finalement, tu te dis « c’est plus facile de se débrouiller que ce que je pensais ». Le quotidien ne me fait donc pas peur, je sais que je peux me faire comprendre facilement et que je peux m’intégrer dans une conversation sans trop de difficultés. Ce que je redoute maintenant, ce sont les cours, avec leur vocabulaire spécifique, le débit de paroles plus ou moins rapide selon les professeurs, donc ma capacité à suivre. Je pense que c’est ce qui va être le plus dur au début, car la vie allemande en soi elle n’est pas compliquée et même plutôt cool et on y prend goût assez vite.

Par ailleurs, j’ai commencé à revoir des amis, des gens de ma promo, on a fait quelques trucs ensemble avec Mélanie et d’autres filles cette semaine. On a fait les tests de langue pour pouvoir intégrer les cours d’anglais et/ou espagnol ensemble, on est allées au Wochenmarkt (le marché) à la Domplatz mercredi matin. Marché qui soit dit en passant est vraiment cool, plutôt grand, pas mal de stands bios (même en fromage et pain, et je me trouve toujours heureuse en voyant du bio, même si je n’achète ni de pain ni de fromage pour moi toute seule), bref j’y retournerai sûrement souvent ! Il y a lieu chaque mercredi et samedi matin. On a aussi pris un apéro chez Line et Marie pour fêter leur arrivée. Et participé à la crémaillère de Jules, Matthias et Emil hier soir, je suis d’ailleurs crevée, et pourtant je ne suis pas restée si tard. Mais du coup, hier j’ai revu plein de monde de la fifa, presque tout le monde est venu, et c’était vraiment sympa de revoir tout le monde, de refaire un truc ensemble, même si on n’est pas tous les meilleurs amis du monde, comme je l’ai déjà dit, on s’entend quand même plutôt bien et ça m’a fait plaisir.

J’ai aussi essayé de trouver un job et j’ai eu un essai en tant qu’aide de cuisine à la préparation du buffet du petit déjeuner d’un restau/bar/café qui se veut assez chic, mais cela ne m’a plu, je coupais à la trancheuse, du fromage, du salami et cette espèce de charcuterie allemande visqueuse, le tout à côté d’une fille qui préparait d’autres choses dont à un moment un tiramisu ! Je ne voulais pas être dégoûtée du tiramisu à force de l’associer au salami, et je ne voulais pas non plus passer mes vendredi aprem et mes matinées de week-end à faire ça, j’ai donc décliné car c’était plus pour un appoint, pour me faire plaisir que par besoin. Je chercherai peut-être autre chose, mais je vais voir, ce n’est pas non plus ma priorité.

Demain commence la O-Woche (semaine d’orientation), mais sachant qu’elle n’est pas que pour nous, mais aussi pour les vrais petits bizuths qui commencent à peine leurs études (ce qui n’est pas notre cas, puisque nous entrons en deuxième année), et bien nous avons décidé avec Mélanie de faire un petit tour à Dortmund demain pour profiter de notre Semesterticket qui nous permet de prendre les trains régionaux et les moyens de transports en commun gratuitement en NRW. Notre première réunion obligatoire n’a lieu que mardi matin, tout comme les activités vraiment intéressantes comme la tournée des bars mardi soir ou la soirée d’inté jeudi soir ou le Katerfrühstück (petit déjeuner de la gueule de bois, si si…) vendredi midi. Mais dans une semaine, c’est enfin le début des cours, et je ne cache pas ma hâte car j’ai un peu l’impression de végéter intellectuellement (même si je voudrais sûrement rapidement des vacances les cours retrouvés). Voilà, voilà… Je vous raconterai donc sûrement cette O-Woche d’une seule traite ou par à-coups tout au long de la semaine, les véritables aventures commencent bientôt !! Et je suis impatiente !! Pas seulement pour les cours, mais aussi parce que je veux rencontrer d’autres gens, vivre d’autres choses, une année totalement différente qu’à Lille (même si cette année-là était bien, je ne suis pas ici pour revivre Sciences Po, je suis ici pour vivre Münster) !

Sur ce, à bientôt mes amis. Et la prochaine fois il y aura des photos, promis.

groupes verbaux

Dormir. Lire Er ist wieder da de Timur Vermes quand on a le courage de se concentrer sur l’allemand. Sinon Bon petit soldat de Mazarine Pingeot prêté par notre grand-mère. Regarder The Walking Dead. Se demander ce qu’on regardera quand on aura fini la série. Ranger les cours du lycée qui pour certains squattent l’étagère depuis 2012. Se rappeler le lycée et se dire que cela paraît si loin et que cela fait pourtant à peine plus d’un an qu’on l’a quitté. Ecrire un peu parce que finalement on a le temps, mais pas l’inspiration. Toujours l’envie, mais jamais les mots. Ranger ses papiers, bail de l’appart, inscription à l’IEP, bulletins de paie de l’été, etc. S’occuper du chat malade. Faire tourner le lave-vaisselle. Lire NEON. Choisir ses cours pour l’année qui arrive en espérant qu’on aura ses cours favoris. Penser à ses amis et surtout à ceux qu’on verra sûrement de moins en moins. En avoir ras-le-bol de beaucoup de choses. Rien dire. Mais rien dire, c’est savoir qu’un jour on explose. Faire des gâteaux. Boire du thé. Noir le matin, vert l’après-midi. Aller courir un jour sur deux (ou presque). Jouer à 2048 en essayant désespérément de battre son record. Sans jamais réussir. S’ennuyer et attendre impatiemment l’Allemagne. Ecouter de la musique, beaucoup de musique. Et dormir à nouveau. Et se dire qu’on regrettera cette période de glandage absolu les cours venus. Mais glander en câlinant son chat, c’est quand même le pied.

11999884_1021905914509142_194662883_n

8 septembre et encore en vacances

Cela fait un peu plus d’une semaine que je suis tranquillement en vacances. Après un peu plus d’un mois et demi de job d’été dans deux banques différentes, j’estime que c’est assez mérité. Bien sûr, maintenant la question se pose : que faire de ces vacances isolées ? Je veux dire, cool, je suis en vacances, mais je suis la seule de mon cercle d’amis proches géographiquement. Alors comment s’occuper ? Pour commencer, je rentre d’une semaine à Jessen, petite ville de Saxe-Anhalt où j’ai passé une semaine. En fait, ma correspondante habite là-bas. Nous ne nous étions pas vues depuis deux ans et demi. Il faut dire qu’auparavant, nos relations n’étaient pas forcément des plus idéales, mais justement, cette semaine avait pour but, du moins pour moi, de raviver cette relation franco-germanique et de se redécouvrir de manière plus spontanée. Nous avons grandi, mûri, il était évident que nos relations seraient différentes et sûrement meilleures, plus amicales. Je ne suis pas déçue. Je crois que je n’ai jamais autant parlé avec ma correspondante. On s’est racontés tellement plus de choses que tout ce qu’on a pu se raconter auparavant je pense haha. En tout cas, c’était beaucoup plus spontané, beaucoup plus dans l’envie de réapprendre à connaître l’autre, beaucoup plus de curiosité envers ce qu’est devenue sa vie, ce qu’elle envisage pour la suite, comment se dessine son futur, ses études, etc. Comme de vraies amies, et cela m’a fait vraiment chaud au coeur. Maintenant, j’espère pouvoir lui rendre la pareille et l’accueillir un de ces quatre chez moi ici en France ou à Münster durant l’année universitaire qui approche à grands pas. C’était vraiment une semaine « hyper cool » (clin d’oeil à Philipp) ! Comme tout le monde le sait, les gens changent. Mais contrairement à ce que beaucoup croient, cela peut aussi être en bien et totalement positif.

IMG_9952

J’ai aussi pu revoir mon Philipp, un des seuls véritables amis qu’il m’est finalement resté de Jessen dans le sens où c’est un des seuls à qui j’ai continué d’écrire régulièrement. Nous sommes allés à Dresde ensemble, nous avons cuisiné, mangé des pommes (encore une fois, il comprendra haha), beaucoup discuté, et ça m’a fait vraiment super plaisir de le revoir. La journée à Dresde, entre le fait que je mourrais de faim, les photos trop cool qu’on a faites, le soleil qui a embelli cette journée, le Schokoladenbar, et le retour en train était vraiment sympa. J’espère qu’on se reverra bientôt aussi !

IMG_9947

A part ça, je me suis rendue avec Johanna, ma correspondante donc, à une expo sur Lukas Cranach der Jüngere, c’était assez religieux, donc à vrai dire pas tellement mon truc, mais c’était intéressant. Et puis surtout qu’ensuite, nous sommes allées boire un thé pour moi, un « mange chai » pour elle dans un salon de thé l’après-midi, bar le soir, c’était vraiment sympa, nous avons encore pas mal échangé et vraiment, j’ai trouvé ça cool.

IMG_9962

J’ai aussi pu me rendre à Berlin. Déjà le jour de mon arrivée, comme je suis venue en avion, j’atterrissais à Berlin Tegel et nous sommes un peu restées, nous sommes rentrées avec Eva, une grande amie de Johanna et il faisait encore beau et très chaud ce jour-là. Les jours suivants, on sentait plutôt l’automne venir… Mais ça n’a rien changé au fait que c’était une semaine géniale. Et hier, nous sommes aussi allées à Berlin. D’abord un peu de shopping, car n’oublions pas que nous sommes deux filles et ensuite, nous avons pu nous rendre à la Fernsehturm et admirer Berlin de là-haut, il faisait à peine nuit et nuit noire quand nous sommes redescendues. La vue était vraiment splendide, avec toutes ces lumières qui se dégageaient des fenêtres, des rues, des magasins, des voitures. C’est un spectacle magique que de découvrir une ville ainsi en hauteur dans la nuit éclairée par les lumières citadines de la vie nocturne agitée de Berlin. Retour à la gare, petit mcdonalds bien healthy évidemment et retour à Jessen. Et ce matin c’était déjà le départ, nous sommes retournées à Berlin par le train, petit déjeuner au même McDo car Johanna aime bien ça, et je me souviens que nous l’avions déjà fait sur la route de l’Autriche lorsque j’étais chez elle pour les grandes vacances lors de l’échange. Dernières discussions, derniers fous rires. Quelques jeux avec mon portable. Quelques anecdotes encore. Puis nous nous sommes rendues à l’aéroport. J’ai encore eu le temps d’acheter un livre en allemand écrit par un Allemand. Er ist wieder da, cela s’appelle, ça raconte de manière humoristique et satirique le retour d’Hitler en 2011. Cela a l’air vraiment drôle et la libraire me l’a également dit. J’ai vu la bande-annonce au cinéma lorsque nous y sommes allés avec les parents de Johanna (Dating Queen, film très drôle par ailleurs !). Et ensuite sont venus les adieux. Et je crois vraiment qu’on a été toutes les deux contentes de se retrouver. Mûres, commençant nos études, c’était tellement différent. Je suis vraiment contente.

IMG_9957

J’ai donc maintenant retrouvé ma famille, mes chats, ma maison, ma ville. J’espère revoir quelques amis même s’ils sont bien évidemment déjà pris par leurs études et que moi, j’ai tellement de temps à tuer. Je vais sûrement faire des gâteaux, cuisiner, aller courir, regarder des séries. Mais j’espère pouvoir revoir mes amis avant de partir pour Münster, départ que j’ai prévu pour la semaine à cheval entre septembre et octobre. Histoire de pouvoir profiter un peu de la ville avant que ça ne commence. 12 octobre, und es geht los ! J’ai tellement hâte quand même ! Commencer cette année en Allemagne et revoir mes chers amis de Sciences Poooooo et faire de nouvelles rencontres et profiter de la vie dans un autre pays et voilà !

IMG_9968

Bref, sur ce, je vous laisse, sinon cela va sûrement vous faire un peu trop… Et je ne veux pas non plus vous assommer même si certains d’entre nous ont certainement arrêté de lire à la fin de la deuxième ligne haha. Et d’accord les photos du haut de la Fernsehturm sont assez… originales, j’ai pas réussi à mieux faire !

un été comme les autres

Tout d’un coup je me rends compte… Finalement, je ne vous ai pas raconté mon mois de juillet. Mon avant-dernier article date du 5 juin, alors je ne vous ai rien dit de tout le mois de juin.. Ohlala, rattrapons ça !

Le 12 juin sont enfin tombés les résultats des examens de première session. Et là… Le drame. Vous savez, j’étais dans cet état où on ne sait jamais ce qui peut arriver. Un instant on se dit « mais oui, j’y suis arrivée, finalement quand j’y repense, tout s’est assez bien passé, ça devrait aller ». Puis le moment qui suit « mais j’ai tout raté, c’est sûr… des rattrapages, je n’en aurais pas qu’un ! » Et pendant un long moment, de longues heures, voire de longs jours, on oscille entre ces deux états. La confiance et l’angoisse. La conviction et l’appréhension. Et arrive le moment tant attendu. En fin de compte, on n’est ni trop surpris, ni trop découragé, mais un peu déçu quand même. Et oui, on n’a pas réussi partout et c’est peut-être pour certains, la première fois qu’ils échouent vraiment quelque part. Même si l’on m’a bien répété que ce n’était pas un échec. Mais personnellement, quand tu as tout réussi, quand tu as tout eu presque trop facilement, tu prends ça comme un échec malgré tout. Un petit échec qui n’étonne pas, mais un petit échec qui pince le coeur quand même. Voilà comment je suis allée aux rattrapages d’histoire des premier et deuxième semestres. Et oui, j’ai eu mon année. Oui, je vais en Allemagne en octobre prochain. Oui, je suis heureuse. Bien que déçue des notes de la deuxième session pour tout ce que j’ai donné pour ce f**** programme d’histoire du 19e siècle… Le bon point, c’est que j’ai vaincu l’économie et le droit, deux matières qui me semblaient assez insurmontables. Ma petite victoire de l’année ! Maintenant, en avant toutes vers l’Allemagne, la Germany, la Deutschland, mon pays de prédilection ! J’ai mon appart, j’ai mon vélo, je suis parée pour Münster et je n’ai qu’une hâte c’est m’y retrouver.

thumb_IMG_1954_1024

Le mois de juillet est passé à une vitesse folle. Il y a eu la rupture. La si importante décision à prendre. Les au revoir ou adieux, on ne sait jamais trop. Les pleurs. La fin. On a comme le coeur qui lâche et finalement on est soulagé. Même si on n’est jamais sûr d’avoir fait le bon choix. Et parce que de toute façon, tout reste incertain. J’ai passé quelques jours à Reims sous la canicule et cette chaleur écrasante. Et puis on est parties avec ma mère. Notre destination : Pentrez, dans le Finistère. Ma grand-mère avait loué une maison avec un terrain immense où nous avons découvert plus tard au cours du séjour dans le garage une 4CV en très bon état les clés dessus ! Nous sommes parties le samedi en fin d’après-midi. J’ai roulé tout le trajet. Ma mère jouant le rôle de la co-pilote, et moi installant finalement mon portable comme GPS. Haha. Nous nous sommes arrêtées pour manger dans le restaurant un peu miteux d’une aire après le péage. C’était pas le top, mais bon, j’étais avec ma maman et il faisait enfin un peu plus frais qu’en Champagne. Nous sommes arrivées dans la nuit, aux alentours de minuit et demi, une heure. Nous avons déchargé les affaires les plus importantes à décharger, la nourriture entre autres. Et là, ma grand-mère nous a dit qu’elle avait une bouteille au frais. A une heure du mat’, nous avons bu du champagne, trois générations réunies. Mémé nous a raconté ses déboires avec la maison, la saleté quand elle est arrivée par exemple. Nous avons aussi parlé un peu d’amour, et puis la fatigue est tombée, j’aurais pu m’endormir sur ce canapé. Le mois en Bretagne était parfait. Je ne suis pas du genre à aimer les grosses chaleurs, et la Bretagne s’est avérée fantastique de ce point de vue-là. Bien sûr, nous avons des jours de mauvais temps, et il ne faisait pas toujours beau, et la température extérieure n’a pas souvent dépassé les 20° Celsius, mais lorsqu’on part en Bretagne, on s’attend à ce genre de météo. J’ai travaillé pratiquement la moitié du mois, ça m’a permis de gagner un peu d’argent et de profiter un peu plus de la Bretagne, du jogging sur la plage, des pauses déjeuner sur le sable, des paysages merveilleux et des levers de soleil couvrant le ciel de reflets roses et oranges, des parties de poker, de tarot et de président.

11857597_1001665903199810_450655356_n

Maintenant, je suis dans les Vosges, chez ma grand-mère où je travaille un mois de plus, comptant bien profiter de mon mois de septembre libre. Il fait extrêmement chaud et j’avais oublié qu’une telle chaleur existait après avoir passé un mois en pays breton. Heureusement que nous avons la clim’ au bureau où soit dit en passant mes collègues sont super sympas, et drôles, et l’ambiance est beaucoup plus détendue qu’à mon premier job, que je trouvais déjà très bien et assez sympathique. Mais l’agence elle-même est plus accueillante, il y a de grandes fenêtres, ce qui n’était pas le cas dans la petite agence de Crozon. Et cela me permet de voir la lumière du jour, le soleil, l’extérieur quoi. Bref, je suis bien contente de passer un mois de plus aux côtés de ma grand-mère, je l’adore vraiment, je suis bien avec elle. Même si je rentre à la maison ce week-end car j’ai bien senti que Maman avait trouvé trop court les quelques moments passés ensemble sur le chemin entre Reims et les Vosges pour fêter les 17 ans de ma petite soeur, et ça me fait plaisir de les voir un peu quand même ! Je rentre en train, car j’ai un petit la flemme de reprendre la voiture et de faire l’aller-retour… C’est bien mieux, bien plus tranquille.

couv

L’été se passe donc tranquillement, comme un été banal de jeune fille, premiers jobs, avant de reprendre une nouvelle année universitaire. L’Allemagne m’attend de pieds fermes.

glander puissance mille

Depuis que les partiels sont passés, je ne fais littéralement rien de mes journées, je redécouvre le glandage, l’ennui, les instants où tu peux prendre le temps de rêver, de penser à des choses futiles, je redécouvre ce que c’est de ne pas étudier, de ne pas avoir le nez plongé dans des bouquins de science politique, d’histoire ou encore d’économie, ou de bouquins en tout genre qui n’ont pour unique but que de te faire lire des choses parfois très inintéressantes, parfois très intéressantes, mais que tu ne manqueras pas d’oublier dès que tu en auras fini avec le sujet. Quoi qu’il en soit, je redécouvre ce que c’est de NE RIEN FAIRE. Le Petit Oral étant lui aussi passé, le niveau de glandage n’en est que plus haut. Petit Oral qui soit dit en passant s’est assez bien passé pour moi. Je suis tombée sur droit et histoire. Dans la seconde matière, j’ai eu droit à un intitulé de chapitre « les femmes au 19ème siècle », le bonheur, c’était parfait. Enfin, toutes mes réponses ne l’étaient pas, parfaites, mais le sujet était vraiment cool et je pense que je m’en suis plutôt bien sortie. Le droit, c’était un peu plus délicat… Mais bon. Je pense que dans l’ensemble, je me suis assurée la moyenne. Sinon ça veut dire que vraiment je ne sais plus mesurer mes prestations. Déjà qu’au partiel d’éco je pense avoir bien réussi, si je me retrouve avec une note pourrie, il va vraiment falloir que je me remette en question. Bref, de toute façon, la période d’examens est terminée. Du moins, pour un temps. Les résultats ne tombant que le 12 (soit dans une semaine, olélé, olala), je profite pour l’instant de ne pas savoir si je me suis foirée ou non, je ne me pose pas de questions, et ne révise donc plus rien. Ce sont de VRAIES vacances. Après le 12… et bien… nous verrons haha. Nous n’en sommes pas encore là, une pure semaine de glandouille m’attend encore avant de me mettre à (re)réviser, ou avant d’enchaîner sur d’autres belles semaines de glandouille. On croise les doigts.

dernière pizza lilloise, dernière photo vue de ma fenêtre, la fin d'une année

dernière pizza lilloise, dernière photo vue de ma fenêtre, la fin d’une année

Et Münster, c’était trop cool, ça m’a tellement donné envie d’être l’année prochaine (alors que j’ai même pas encore mon année hahaha). Bon finalement, ça n’a pas marché pour la coloc qu’on devait visiter, et après une petite altercation, nous avons décidé avec Mélanie qu’il valait mieux habiter séparément afin de préserver notre amitié. Parce que c’est vrai que ça me ferait chier que nos relations pâtissent d’une colocation qui se passe mal parce que j’adore Mélanie, et ici à Sciences Po, c’est véritablement une de mes meilleures copines. Qu’on se le dise !

Münster, Münster, Münster

Münster, Münster, Münster

Ce que j’ai appris de mes journées à ne rien faire en shorty et t-shirt, mal démaquillée, les cheveux crades, c’est qu’il n’y a RIEN de bien à la télé. J’ai regardé un truc marrant une fois, c’était une compétition pour gagner son Food Truck, c’était pas si mal, ça changeait des compétitions entre campings ou restau sur la base d’Un Dîner Presque Parfait. Mais bon à part ça, que des séries à la con le matin ou des trucs complètement inutiles. J’ai dû regarder beaucoup beaucoup beaucoup (vraiment beaucoup) de programmes débiles comme Super Nanny ou Cauchemar en Cuisine ou encore Tellement Vrai. Ou d’autres trucs dont je ne me souviens plus les titres. Enfin non pas qu’en soi, ce soit véritablement débile. Mais ce sont quand même des programmes vachement exhibitionnistes, les gens laissent filmer leurs vies, leurs émotions, leurs sentiments, laissent passer à la télé toutes les conneries qu’ils peuvent dire, toutes les remarques qui ne respirent pas forcément l’intelligence sans penser à toutes les personnes comme moi qui se marrent bien devant leur poste. Et ça a aussi un côté voyeur du coup, puisque des gens comme moi encore une fois regardent ces programmes, regardent la vie privée de ces gens diffusée à la télé pour l’occasion. C’est assez dingue ce qu’est devenu la télé. Toutes ces émissions de téléréalité qui se créent, passent à la télé, disparaissent, réapparaissent. Etc. Certains s’exhibent pour alimenter le côté voyeur d’autres. Une sorte de cercle vicieux. J’ai dû passer plus de temps devant la télé en deux semaines que de toute l’année, c’est fou haha.

petit passage à l'opéra de Strasbourg le 24 mai

petit passage à l’opéra de Strasbourg le 24 mai

Mais bon, oui je vais sortir un peu… Et je suis déjà sortie quand même ! Figurez-vous que suite au Petit Oral, j’ai pris un covoiturage et filé pour Strasbourg (enfin filé est un bien grand mot car Lille-Strasbourg, c’est relativement long…). Et dimanche, je suis allée à Europa Park avec mon amoureux. Et oui, et oui. Je n’y étais jamais allée, c’est pas vraiment le parc d’attractions le plus proche de chez nous. Ici, c’est plutôt Disney (j’adore) ou Nigloland. Et du coup, c’était vraiment cool ! Le parc est vraiment sympa, y a pas mal d’attractions cool. Franchement, je ne regrette pas, c’est totalement différent de Disney qui reste évidemment très imprégné par la marque. J’ai fait les principales attractions à sensations (non sans peur et sans émotions haha) comme le Silverstar bien entendu (tout le monde m’en parlait, je sais maintenant à quoi m’attendre). J’aime bien les poussées d’adrénaline, j’avoue qu’à chaque début d’attractions du genre, je me demande ce que je fais là-dedans, ce qu’il m’a pris de venir ici, et à la fin, je me dis que même si j’ai pas mal fermé les yeux et eu très peur, c’était plutôt cool ! Même si, sur le coup, j’ai pas envie de refaire l’attraction immédiatement. Enfin, j’ai quand même eu un peu mal au dos après la journée à Europa Park, on a fait tellement de manèges aussi… Enfin bref, c’était super cool ! A refaire un jour sans problème.

souvenirs d'Europa Park

souvenirs d’Europa Park

Et finalement, lundi je suis revenue à Lille parce qu’il y avait les oraux d’admission des futurs FIFAs. Cela fait maintenant tout juste un an et un jour que j’ai passé le mien, l’oral de ma vie haha. Le temps passe tellement vite. Mais ce qui était bien à cet oral, c’était l’accueil par d’autres FIFAs, déjà dans la filière bien sûr, avec les boissons chaudes ou fraîches et les petits gâteaux (même si je crois n’en avoir mangé aucun haha). C’est pour ça que cette année nous avons organisé la même chose. Bon, il me semble qu’on était peu par rapport à l’année dernière, surtout mardi matin où nous n’étions guère que trois pour gérer tous ces pauvres petits stressés (ou confiants parfois) qui passaient leurs oraux. Mais c’était vraiment sympa. Et j’avais l’impression qu’ils pouvaient tous réussir haha, alors que cette année ils vont sûrement en prendre un peu moins d’un sur deux. Même si certaines personnes me sont moins revenues que d’autres, globalement la potentielle relève m’a fait bonne impression. Et j’ai trouvé ça vraiment drôle d’être de l’autre côté, de sentir le stress palpable, mais d’être de ceux qui y sont déjà. Comme beaucoup d’entre eux, j’avais été super stressée, vraiment vraiment super stressée. Là, c’était vraiment différent du coup. C’est marrant. Mais le plus drôle de ces deux demi-journées d’oraux, c’est que mardi midi, on a mangé avec quatre personnes qui avaient passé leurs oraux. Petit kebab rue de Béthune. Et j’aurais jamais pensé que je finirai par manger un kebab avec eux haha. C’était assez marrant. Surtout qu’à la base, je devais juste manger avec Claire avant qu’on ne se revoit pas avant longtemps, et au final on s’est retrouvés à huit. Bon, bon souvenir ! ça montre la bonne ambiance de notre FIFA du love. J’espère qu’on leur a donné envie de venir et de nous rejoindre. Parce que c’est pas le tout d’avoir l’oral, mais il faut aussi avoir envie de faire ça. Quand on a d’autres propositions à côté, c’est parfois dur de choisir, je sais ce que c’est. Enfin voilà. Ce soir, je sors, je vais boire un verre avec ma team abibac (l’Abitur aussi ça fait un an tout juste, purée), ça va faire du bien de les revoir. Et sinon je pense encore passer toute ma journée à glander, il va faire pas moins de 30°C, alors soyez sûrs qu’une fille comme moi, si elle n’a pas de piscine, ne sort pas par un temps pareil. La chaleur et moi, c’est pas une grande histoire d’amour. Et le soleil et moi, encore moins… Enfin j’adore le soleil. Mais devoir me tartiner d’indice 50 toutes les deux heures, ça va cinq minutes haha. Même pas moyen de s’endormir au soleil sous peine de cramer. Et non, moi, je n’ai pas cette peau magique qui transforme ses coups de soleil en bronzage, j’ai plutôt cette peau formidable qui transforme les coups de soleil en peau qui pèle.

retrouvailles avec mes amours de copines, hâte de les revoir, ces beautés

retrouvailles avec mes amours de copines, hâte de les revoir, ces beautés

Allez, après cet article matinal, je vous souhaite une bien belle journée du coup parce qu’il fait quand même super beau, du moins ici, et que quand même, sentir l’été enfin là, ça fait du bien.

pour glander, je ne suis jamais seule

pour glander, je ne suis jamais seule

Et puis quand même, au passage, j’ai eu 19 ans quand on était à Münster, j’aime pas trop ce chiffre, mais j’aime trop les anniversaires, et du coup, j’ai pu financer en partie mon nouvel ordi qui est un MacBook. Et oui, la société de consommation a définitivement pris le pouvoir sur moi. Je suis une victime de la société de consommation. Mais il faut avouer que quand même, c’est carrément bien.

[youtube.com/watch?v=9Sc-ir2UwGU]

article post-partiels

Ok, ça fait suuuuuper longtemps, je l’avoue, mais j’ai pas vraiment pris le temps d’écrire entre le Crit, la période des galops, puis les vacances à Mulhouse et puis l’île de Ré (c’est quand même pas le même paysage…) et surtout maintenant les partiels qui viennent de se terminer… Donc bon que vous raconter de pas trop inintéressant pour que vous ne vous ennuyiez pas trop ?

Les partiels sont finis, maintenant je suis liiiibre. Ou presque. Y a encore le Petit Oral le 29 mai. Et puis je vais peut-être faire partie de la team fin juin pour les initiés, les rattrapages quoi… Mais pour l’instant, je profite de l’instant présent. C’est-à-dire que JE GLANDE. Et oui, vraiment glander, sans avoir quelque chose à faire et se dire que ce n’est pas bien de juste rester vautrée dans son lit à regarder des séries et de dormir jusqu’à 11h alors qu’on a des tas de choses à faire, et non, c’est fini ! Enfin pour le moment. Il y en a qui fêtent la fin des partiels avec l’alcool à flots et en faisant la fête jusqu’à 6h du mat’, je vous avoue que moi ça a plutôt été pizza – séries – lit – dodo longtemps – dodo très longtemps. Mais je dois pas être la seule qui quand la pression retombe d’un coup est ultra-fatiguée ? Si ?? J’y crois pas. Et finalement ce matin, après ma grasse matinée méritée, je suis allée redonner mon sang, vive les croques-monsieurs gratuits ! (Rassurez-vous, je ne le fais pas que pour la collation offerte…). Même si ça a un peu bugué, elle a trifouillé avec son aiguille dans mon bras parce que ça marchait pas bien, je me suis bien dit que j’allais tomber dans les pommes, et je trouvais ça dommage parce que ça s’était bien passé la fois d’avant. Et finalement elle a décidé d’arrêter parce que ça ne marchait pas au mieux ! C’est pas grave, ce sera mieux la prochaine fois ! Et puis Mélanie m’a accompagné, donc finalement c’était pas un si mauvais moment.

BREF.

Demain, avec les FIFAs, on part à Münster jusque mardi, on rentre en début de soirée je crois. C’est la ville où on va étudier l’année prochaine. On va donc la découvrir un peu et découvrir aussi l’université. Faut savoir quand même qu’il y a environ 50 000 étudiants à Münster, et si et si !! Mais c’est sympa de faire une petite virée comme ça en Allemagne, post partiels, ça fait du bien, j’appréciiiie. Et mardi c’est mon anniversaire. 19 ans héhé. Bon je trouve pas que c’est l’âge le plus cool du monde, mais moi j’aime les anniversaires haha. Du coup mercredi matin, retour à la maison après ces deux petits jours à Münster et j’ai trop hâte de retrouver ma maisooooon. Vendredi prochain, je déménage mes affaires, plus rien à Lille. C’est bien d’habiter tout près ! D’ailleurs, c’est trop cool, avec Mélanie on a déjà trouvé une potentielle WG avec deux autres allemandes (colocation en français), et on va visiter demain soir du coup… Trop d’efficacité ! Si ça marche, si tout est ok, on n’aura même pas à s’occuper de ça pendant les vacances, c’est vraiment top ! Et en plus, on aura trouvé une WG avec d’autres allemandes tout en pouvant rester ensemble ! Parce que le but c’est quand même de parler allemand un maximum. En plus elle a l’air bien situé par rapport au centre et à la fac… ça peut être vraiment bien ! Je croise les doigts.

IMG_1476

IMG_1394

IMG_1415

IMG_1326

IMG_1281

IMG_1267

IMG_1236

IMG_1172

IMG_1164

IMG_1156